About     Blog     Contact     Instagram

Mark

RIPOSTE!

Un reportage en bande dessiné qui raconte mon stage d’autodéfense féministe à Marseille dans une des antennes du Planning familial de Marseille.J’y raconte et dessine les méthodes de défense, mais aussi l’influence des pensées limitantes (« je ne vais pas y arriver », « je ne suis pas assez forte », etc), et nous montre que les victimes de harcèlement de rue peuvent réagir à leur mesure !


En Mars dernier j’ai fait un stage d’auto-défense pour femmes et adolescentes au Planning Familial dans le 3ème arrondissement de Marseille et cela à contribuer énormément à mon épanouissement.

J’ai été tellement enthousiaste de voir ces changements si positifs sur ma façon d’agir et de voir les choses que je ne manquais pas d’en parler autour de moi, d’inciter des amies, des adolescentes, les filles de mes amis à considérer ce stage de deux jours comme une clef pour accéder à plus d’autonomie, de la confiance.

Je crois en effet que l'autodéfense féminine peut être un pilier significatif de la libération de la femme par elle-même pour elle-même, dans une recherche d'autonomie et d'autodétermination. Je crois que cela contribue à permettre aux femmes de s'assumer et d'assumer leurs choix, voire de faire face aux pressions exercées par les personnes extérieures ou l'environnement vécu comme hostile.

Novembre 2018

Presque toutes les femmes sont arrivées à la formation en précisant quelles recherchaient surtout des techniques d'autodéfense verbale, ne se sentant définitivement pas capable de riposter physiquement.
J'ai beaucoup apprécié la dimension inclusive et intersectionnelle de la formation, le fait de placer la domination homme-femme parmi toutes les dominations existantes, et de préciser que les intersections produisent des dominations spécifiques. En tant que femme blanche cis, j'ai pu aussi me rendre compte du fait qu'il y avait un grand nombre d'oppressions que je ne vivais pas.

Malgré tout, après plusieurs discussions concernant ce stage je me suis rendue compte que très peu de mon entourage se sentait intéressé, concerné. Des femmes que je côtoie dans mon travaille, des amies proches, de ma familles trouvaient mon initiative très intéressante mais ne se sentaient pas concernées et ne désiraient pas aller à ce stage.
Et pourtant se confiaient à moi sur des sujets malheureusement spécifique à leur sexe, en tant que femme.

Elles avaient et ont beaucoup d’a priori sur le contenue de ce stage.
Mon but est de mettre en lumière certains points pour informer, partager et bien sûr dans l’idéale de donner un aperçu aux lectrices pour leurs donner l’envie de briser le silence sur certaines situations d'agressions vécues, savoir que nous pouvons compter les unes sur les autres, de (re)prendre confiance en soi.

À VOIR IÇI
 

EXTRAIT:






Mark


Alice Bienassis 2019 — 🌴Marseille🌴